[ Femmes en mathématiques : portraits ]

Au fil de l'actualité et de nos recherches, nous ajoutons des éléments biographiques de mathématiciennes. Ces éléments sont à géométrie variable. N'hésitez pas à nous signaler des erreurs ou ommissions et à nous aider à compléter cette rubrique.

[ Toutes  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z   ]

[ ARTIGUE Michèle ]

Michèle Artigue est née en 1946 à Bordères sur l'Echez dans les Pyrénées, elle y a passé son enfance et en a conservé l'accent auquel elle tient beaucoup. Elle entre ensuite à l'Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles et est reçue première ex aequo à l'agrégation de mathématiques en 1969. Elle prend un poste d'assistante à la Faculté des sciences (la Halle aux vins comme on disait alors) et soutient une thèse de Logique sous la direction de Daniel Lacombe . Puis elle s'oriente vers la recherche en didactique dans l'équipe d'André Revuz et lors de sa création rejoint l'Université Paris 7 (actuellement Paris Diderot) avec l'ensemble de l'Institut de recherche sur l'enseignement des mathématiques (IREM).

Elle commence par travailler dans les pas de Guy Brousseau sur les situations didactiques à l'école élémentaire. Son doctorat d'Etat en 1984 aura pour sujet la reproductibilité des situations didactiques.

Elle a ensuite cherché à structurer les observations faites dans les classes et à trouver un langage commun pour décrire les études menées dans divers pays d'Europe, assurant ainsi une communication efficace entre chercheurs et chercheuses (c'est le programme Lexicon). Enseignant les étudiants des premiers cycles des universités, elle a étendu ses recherches didactiques aux premières années d'université. Elle s'est aussi préoccupée de l'intégration des nouvelles technologies dans l'enseignement des mathématiques, tant scolaire qu'universitaire. Nombre de ces études ont été sollicitées par l'Education Nationale ou par l'ICMI (International Commission for Mathematical Instruction) qu'elle a présidée de 2007 à 2009.

Elle devient Professeure à l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres de Reims en 1991 puis revient à l'Université Paris 7 en 1999. Elle y a dirigé l'Ecole doctorale de Didactique ainsi que l' l'IREM. Elle a fait partie du bureau éditorial de plusieurs revues et s'est impliquée dans divers projets européens et internationaux. C'est elle qui a coordonné le rapport de l'Unesco sur les mathématiques dans la scolarité de base publié en 2011. Elle a participé à la Commission de réflexion sur l'Enseignement des Mathématiques dite commission Kahane.

Elle a obtenu en 2013 la médaille Felix Klein ainsi que la médaille Luis Santalo du CIAEM (Comité Interaméricano de Education Matematica), commission régionale affiliée à l'ICMI.