[ Femmes en mathématiques : portraits ]

Au fil de l'actualité et de nos recherches, nous ajoutons des éléments biographiques de mathématiciennes. Ces éléments sont à géométrie variable. N'hésitez pas à nous signaler des erreurs ou ommissions et à nous aider à compléter cette rubrique.

[ Toutes  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z   ]

[ EL KAROUI - SCHVARTZ Nicole ] Paris, 1944

De Wall Street à la City, Nicole El Karoui fait figure d’autorité, et cette grande spécialiste des probabilités est considérée comme une des pionnières dans le développement des mathématiques financières.

 Admise à l’école normale supérieure de jeunes filles de Sèvres, en 1964, elle découvre les probabilités et décide que ce sera son domaine d’étude. Après son doctorat d’état en 1971 et quelques années d’enseignement à l’ENS Fontenay – Saint Cloud, elle prend en 1988 un semestre sabbatique à la Compagnie bancaire et découvre un nouvel univers. Elle s’intéresse alors aux mathématiques financières et ne tarde pas à créer, avec son amie Hélyette Geman une nouvelle filière d’enseignement.

Nicole El Karoui est actuellement co-responsable d’une formation de haut niveau en mathématiques financières au sein du master de probabilités et finances à l’Université Paris VI, Pierre et Marie Curie, en cohabilitation avec l’École Polytechnique. Cette formation attire les futur-e-s « quants » du monde entier, ces innovateurs de la finance souvent soupçonnés d’avoir joué le rôle d'apprentis sorciers. A contrario, lorsqu’on l’interroge, elle déclare militer pour que l’on forme les gens à mieux comprendre l’aléatoire, la mesure du risque, que les mathématiques n’imposent pas de modèles, et que ceux ci ne sont ni bons ni mauvais en eux-mêmes. Tout dépend de ceux et celles qui les utilisent.

Promue chevalière de la légion d’honneur en 2006, elle se déclarait alors « spécialiste de la variété culturelle, entre la Tunisie (pays de son mari) et la France ; entre la banque et les mathématiques. »

 

Indications bibliographiques :

EL KAROUI, Nicole, JEANBLANC, Monique, Les mathématiques et la crise financière, Images des mathématiques, CNRS, 2008.

KAHN, Annie, La Boss des maths, Le monde, 16 mai 2006.

A écouter :

Emission "Les savantes", France Inter, 7 juillet 2018 :

https://www.franceinter.fr/emissions/les-savantes/les-savantes-07-juillet-2018

[ ESTEBAN Maria ] Alonsotegi, 1956

Maria Esteban est née en 1956 à Alonsotegi au Pays basque espagnol, dans la province de Biskaia (la ville de Guernica se trouve dans cette province). Elle commence ses études supérieures à Bilbao. Elle désire à la fois étudier les mathématiques et se confronter au monde réel, elle pense donc aux équations aux dérivées partielles. Elle ne souhaite poursuivre ses études ni en Castille ni en Catalogne et choisit de se rendre à Paris. Elle y fait son DEA puis soutient sa thèse de 3e cycle sous la direction de Pierre-Louis Lions1. Elle a l'intention de rentrer au pays, mais sa nomination comme attachée de recherches au CNRS fait qu’elle reste à Paris (elle est aujourd'hui encore au CNRS, directrice de recherche de classe exceptionnelle). Après quoi elle prépare un doctorat d’État, toujours au laboratoire d'Analyse numérique de l’Université Pierre et Marie Curie, qu’elle soutient en 1987. Elle part ensuite au Ceremade (Centre de recherches en mathématiques de la décision https://www.ceremade.dauphine.fr) à l’Université Paris-Dauphine, dont elle prendra plus tard la direction et où elle se trouve aujourd'hui.

En 2019 elle reçoit le prix Jacques-Louis Lions, attribué par l'Académie des sciences, ainsi que le « SIAM Prize for Distinguished Services to the Profession » décerné par la Society for Industrial and Applied Mathematics. Elle a été conférencière invitée au Congrès international des mathématiciens en 2018 à Rio de Janeiro et au Congrès européen de mathématiques à Amsterdam en 2008. De plus elle a donné une conférence plénière à l'International Congress of Mathematical Physics à Lisbonne en 2003. Elle est membre de nombreuses sociétés savantes et a présidé la Smai (Société de mathématiques appliquées et industrielles) entre 2009 et 2012 ainsi que l'ICIAM (International Council for Industrial and Applied Mathematics) de 2015 à 2019.

Ses travaux portent sur les équations aux dérivées partielles non linéaires, les méthodes variationnelles, la chimie quantique, la physique mathématique et beaucoup d'autres sujets.

Publier une grosse centaine d'articles avec presque autant de collaborateurs et donner des cours de troisième cycle en Inde, à Taïwan et bien dans d'autres lieux en passant par le Pays basque et Paris-Dauphine, ne l'a nullement empêchée de s'intéresser aux affaires universitaires : recrutements, évaluations, direction de labo, organisation de colloques et d'écoles, relations avec les universités françaises et étrangères, édition de journaux comme les Annales de l'IHP. Elle a aussi participé à de nombreux jurys attribuant des prix, dont ceux du prix Abel et du prix Euskadi.

Elle s'est aussi beaucoup investie dans la défense et la vulgarisation des mathématiques au moyen d'articles, de vidéos, ainsi que d'exposés pour Math.en.Jeans et des interventions pour le Parlement (un débat sur « femmes et sciences » en 2018), des entretiens pour le magazine La Recherche1 ou pour Mediapart.

L'une des choses qui lui tient le plus à coeur est certainement la collaboration entre mathématicien·nes et entreprises2. Elle a pris des responsabilités à l'Amies (Agence pour les interactions des mathématiques avec les entreprises et la société) et c'est bien sûr le sens de sa présidence de l'ICIAM. Elle souhaite promouvoir l'idée que les mathématiques sont utiles, que ce soit pour prendre une photo, pour faire voler un avion ou pour remplacer de longs et coûteux tests par des simulations… mais des simulations crédibles ! En insistant sur la nécessité de liens avec les PME. Prosperity by Numbers est le titre d'un de ses articles.

Et bien sûr elle est membre de Jakiunde, l'Académie basque des sciences, des arts et des lettres.

1 La Recherche, Septembre-octobre 2019.

1 Pierre-Louis Lions a obtenu en 1994 la première médaille Fields attribuée à un mathématicien appliqué.