[ Femmes en mathématiques ]

Au fil de l'actualité et de nos recherches, nous ajoutons des éléments biographiques de mathématiciennes. Ces éléments sont à géométrie variable. N'hésitez pas à nous signaler des erreurs ou ommissions et à nous aider à compléter cette rubrique.

[ Toutes  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z   ]

[ VARAGNOLO Michela ]

Michel Varagnolo est professeure à l'Université Cergy-Pontoise.

Elle a été conférencière invitée au congrès mondial de mathématiques ICM 2014 :

https://www.youtube.com/watch?v=t-htRJP1bao

[ VOISIN Claire ] Saint-Leu-la-Forêt, France, 1962

Claire Voisin est une des plus brillantes mathématiciennes françaises, et sans aucun doute elle contribue au rayonnement et à la grande réputation de l’école française de mathématiques sur le plan international. Le CNRS qui lui a décerné sa médaille d’or 2016 la qualifie de « véritable ambassadrice française des mathématiques ». Cette récompense est l’une des plus hautes distinctions scientifiques françaises. Seules quatre femmes ont reçu cette médaille d’or depuis sa création en 1954. Déjà membre de l’académie des sciences dans la section des mathématiques depuis 2010, elle était la seconde mathématicienne à y avoir été nommée. Depuis le 2 juin 2016, elle est  titulaire de la chaire de mathématiques Géométrie algébrique au collège de France. Elle est ainsi la première mathématicienne à entrer dans ce prestigieux établissement.

Brillante élève, elle a découvert les mathématiques en s’amusant à résoudre des problèmes simples de géométrie avec son père, puis, au collège, en travaillant les cours de mathématiques de terminale de son frère. Elle est admise à l’Ecole normale supérieure de Sèvres en 1981, finalement plutôt intéressée à cette époque par la philosophie des sciences. « J’avais un a priori contre les maths à cause de l’enseignement en prépa. C’était un cursus très scolaire où l’on n’apprenait que des mathématiques mortes ». Grâce à certains professeurs, elle prendra finalement goût aux mathématiques les plus abstraites. Elle est agrégée de mathématiques en 1983,  puis soutient sa thèse en 1986 et sera aussitôt recrutée au CNRS. Ses travaux portent plus particulièrement sur la topologie, la géométrie algébrique complexe, la symétrie miroir, et la conjecture de Hodge (proposée par ce dernier en 1950 et qui est l’un des problèmes à un million de dollars de l’institut Clay). Dans sa spécialité, elle est venue à bout de deux conjectures résistantes : le problème de Kodaira et la conjecture de Green. Interviewée en 2006, elle insistait sur le fait que ce qui compte en mathématiques « c’est la liberté d’esprit et ce mouvement intérieur, ce travail souterrain et inconscient qui soudain se cristallise », ajoutant que « en mathématiques, l’aspect esthétique est très important ».

Elle a reçu de nombreux prix, dont le prix Sophie Germain en 2003, la médaille d’argent  du CNRS en 2006, le Ruth Little Satter prize en 2007, le Clay research award en 2008, laédaille d’or du CNRS en 2016, le Prix Shaw en 2017.

L’invitation dont elle a été honorée à une conférence plénière en 2010, au congrès international des mathématiciens, à Hyderabad, a constitué une véritable reconnaissance internationale.

Celle qui déclare que le plus important pour elle est d’ouvrir des questions et d’essayer de démontrer des conjectures non résolues, trouve le temps en compagnie de son mari lui aussi mathématicien de haut rang, de s’occuper de ses cinq enfants.

 

REF :

VOISIN, Claire, Théorie de Hodge et géométrie algébrique complexe, S. M. F., mars 2004.
VOISIN, Claire, Notices sur les travaux de Claire Voisin, septembre 2014,
http://webusers.imj-prg.fr/~claire.voisin

Réception à l’Académie des sciences,
http://www.academie-sciences.fr/academie/MEMBRE/VoisinC_extrait 2011